To the English website

Dernière mise à jour: 19 January, 2012

Traduction: Svana Sölgadóttir

Bureau du Chroniqueur du Royaume de l'Est

Politiques du Chroniqueur local

Dernière mise à jour: 5 décembre 2010

A. Exigences pour chroniqueur locaux
     1) Exigences de groupe
     2) Exigences du chroniqueur local
     3) Qualifications recommandées pour le poste
B. Nomination, destitution et démission des chroniqueurs locaux
     1) Autorité de nommer et destituer
     2) Nomination des chroniqueurs locaux
     3) Démission des chroniqueurs locaux
     4) Destitution des chroniqueurs locaux
C. Responsabilités financières des chroniqueurs locaux
D. Responsabilités de rapport des chroniqueurs locaux
E. Produire et distribuer un journal local
     1) Définition d'un journal local
     2) Fréquence de publication
     3) Copies de courtoisie
     4) Journaux électroniques vs imprimés
F. Contenu des journaux locaux
     1) Contenu exigé
     2) Contenu suggéré
     3) Ce que les journaux ne peuvent pas publier

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

A. Exigences pour chroniqueurs locaux

   1. Exigences de groupe : Les principautés, baronnies et provinces doivent avoir un chroniqueur mandaté et doivent produire un journal régulier. Les fiefs, cantons et autres petits groupes ne sont pas tenus d'avoir un chroniqueur mandaté, ni ne sont tenus de produire un journal, mais peuvent le faire s'ils le désirent.

   2. Exigences du chroniqueur local : Les chroniqueurs locaux doivent être membre en règle de la SCA, Inc. et doivent avoir un accès régulier au Pikestaff. Ils sont tenus de lire la colonne du Chroniqueur du Royaume dans le Pikestaff. Les mises à jour de ces politiques apparaîtront dans le Pikestaff et le chroniqueur local est responsable de les respecter.

   3. Qualifications recommandées pour le poste :

B. Nomination, destitution et démission des chroniqueurs locaux

   1. Autorité de nommer et destituer : L'autorité finale pour nommer et destituer les chroniqueurs locaux revient au Chroniqueur du Royaume. Les sénéchaux locaux peuvent faire des recommandations, lesquelles seront souvent suivies. Cependant, ils n'ont pas l'autorité de d'entreprendre une action unilatérale quant à la nomination ou destitution d'un chroniqueur local.

   2. Nomination des chroniqueurs locaux : Quand un groupe a besoin d'un nouveau chroniqueur, ils devraient suivre leurs coutumes locales de sélection. Le nouveau chroniqueur devrait alors contacter le Chroniqueur du Royaume.

Si le nouveau chroniqueur contacter le Chroniqueur du Royaume par courriel, le nouveau chroniqueur devrait envoyer ses noms complets, tant modernes que SCA, l'adresse civique, le numéro de téléphone, le numéro de membre SCA et la date d'expiration (de la carte de membre ou sur une étiquette récente du Pikestaff), et les informations d'abonnement du journal local (nom du journal, fréquence de publication et frais d'abonnement s'il y en a). Le sénéchal local devrait aussi envoyer un courriel de vérification au Chroniqueur du Royaume confirmant que le chroniqueur est acceptable pour le groupe.

Si le nouveau chroniqueur contactee le Chroniqueur du Royaume par courrier régulier, le nouveau chroniqueur devrait inclure une lettre signée par le sénéchal local, avec une photocopie de preuve d'adhésion SCA du nouveau chroniqueur, ainsi que les coordonnées et informations d'abonnement énumérées ci-dessus.

Un chroniqueur local est officiellement mandaté quand son nom SCA et l'information du journal apparaissent sur la liste des chroniqueurs mandatés sur le site web du Chroniqueur du Royaume. L'information de ce journal apparaîtra aussi dans le Regnum local à la fin du Pikestaff. Si l'information du journal n'apparaît pas dans un délai raisonnable, ou si l'information est périmée, veuillez contacter le Chroniqueur du Royaume.

   3. Démission des chroniqueurs locaux : Les chroniqueurs locaux peuvent démissioner en tout temps. Si possible, ils devraient essayer de trouver un remplaçant avant de laisser le poste. Les chroniqueurs sortants sont requis de remettre tous les dossiers, registres financier et autres fournitures promptement et en bon ordre.

   4. Destitution des chroniqueurs locaux : Un chroniqueur local peut uniquement être destitué par le Chroniqueur du Royaume. Si un groupe local est insatisfait de son chroniqueur, ils peuvent demander la démission du chroniqueur. Le chroniqueur est libre d'accepter ou de refuser. S'ils n'arrivent pas à trouver un solution à la situation qui soit mutuellement acceptable, ils peuvent alors demander que le Chroniqueur du Royaume destitue le chroniqueur local.

Les raisons acceptables pour destituer un chroniqueur local incluent :

D'autres raisons valides pour destitutions peuvent exister, selon les circonstances.

La destitution du poste est le dernier recours. Le premier recours devrait toujours être que les parties impliquées discutent de la situation. Le Chroniqueur du Royaume ne prendra pas action avant qu'une résolution n'ait été tentée au niveau local. Aucun chroniqueur local ne sera destitué de son poste avant d'avoir reçu un avertissement au préalable et d'avoir reçu une occasion d'expliquer ou de corriger le problème.

C. Responsabilités financières du chroniqueur local

Les chroniqueurs locaux doivent conserver des registres financiers et gérer les fonds des abonnés en accord avec les politiques financières de l'Échiquier du Royaume de l'Est et de la SCA. Tous les fonds doivent être placés dans un compte bancaise SCA, d'ordinaire celui ouvert par le groupe local. Les chèques d'abonnements doivent être fait à l'ordre de SCA, Inc. - (nom du groupe). Toute exigence raisonnable imposée par l'échiquier local doit être respectée. Les désaccords concernant ce qui est raisonnable en ce domaine devraient être adressées à l'Échiquier du Royaume, puisque le Chroniqueur du Royaume n'a pas autorité sur votre échiquier local.

Tiré des Politiques du Chroniqueur de la Société, III.5.a. : "Les fonds qu'un groupe accepte d'un abonné pour un journal créent une obligation de la part du groupe, qui doit alors publier le nombre de journaux promis et faire un effort raisonnable pour les livrer à l'abonné. S'il ne peut le faire, il doit rembourser promptement tout abonné pour un montant égal à sa responsabilité pour le reste de l'abonnement."

Si le groupe n'a pas publé de journal pour lequel il détient des fonds, il doit alors faire un effort sincère pour retourner les fonds d'abonnements qui sont entre ses mains. Le montant équivalent au reste de l'abonnement dû devrait être retourné au plus tard six mois après le dernier journal promis et qui n'a pas été publié.

Tiré des Politiques du Chroniqueur de la Société, III.5.b. : "Les fonds perçus pour un journal doivent être conservés dans le compte bancaire du groupe local, pour être déboursés par l'échiquier à la demande du chroniqueur. Le chroniqueur doit fournir des reçus pour les fonds dépensés, et rendre compte régulièrement à l'échiquier du groupe local. Ces rapports doivent être faits au moins une fois par année et peuvent être exigés plus souvent. Le chroniqueur peut être signataire sur le compte bancaire du groupe. Chaque chroniqueur local doit conserver à jour les registres de ses abonnés. Ces registres doivent être rendus disponibles pour l'échiquier local pour fins de rapport."

D. Responsabilités de rapport du chroniqueur local

En plus des copies de courtoisie envoyées au Chroniqueur du Royaume, les chroniqueurs locaux sont tenus de faire rapport au Chroniqueur du Royaume annuellement le 15 décembre. Les rapports peuvent être envoyés par courriel ou par courrier régulier.

Le rapport devrait comporter les noms complets SCA et moderne du chroniqueur, l'adresse civique, le numéro de téléphone, le numéro de membre SCA et la date d'expiration (de la carte de membre ou d'une étiquette récente du Pikestaff), et les détails du journal local (nom du journal, groupe local, fréquence de publication et frais d'adhésion s'il y a lieu).

Le manquement de faire rapport au 15 janvier résultera en un avertissement. Si aucune réponse ne parvient dans les 30 jours, le chroniqueur local sera suspendu et leur sénéchal local informé qu'ils devraient entamer les procédures pour trouver un remplaçant.

E. Produire et distribuer un journal local

   1. Définition d'un journal local : Des Politiques du Chroniqueur de la Société, III.2. : "Un journal d'un groupe local ou d'organisme est la publication officielle d'un groupe local ou d'une organisation éducative reconnus au sein de la SCA, Inc. Il cite ce groupe local ou cette organisation éducative comme son autorité de publication, conserve ses fonds dans un compte bancaire officiel d'un groupe de la SCA, Inc., et a comme éditeur un chroniqueur qui est mandaté par le Chroniqueur du Royaume. Aucune autre publication n'est considérée aux fins de cette politique. Les chroniqueurs locaux qui ne sont pas mandatés par le Chroniqueur du Royaume ne peuvent pas utiliser les fonds du groupe pour la publication de leur journal."

   2. Fréquence de publication : La première responsabilité d'un chroniqueur local est la production d'un journal utile pour son groupe. Il peut paraître aussi souvent que le chroniqueur ou le groupe le juge utile, avec fréquence minimum acceptable de quatre fois par année.

   3. Copies de courtoisie : Des copies de courtoisie de tous les journaux locaux doivent être envoyés en format électronique ou papier au Chroniqueur du Royaume :

Katerine atte Wyshe (Kay White)
chronicler@eastkingdom.org
1720 West Boulevard
Malaga, NJ 08328

Pour les journaux électroniques, veuillez aussi inclure historian@eastkingdom.org dans la distribution.

De plus, les chroniqueurs du journal d'une principauté, d'une baronnie et d'une province sont tenus d'envoyer des copies de courtoisie électroniques ou imprimées à l'Archiviste de la Société. Veuillez envoyer les copies à archivist@sca.org ou à l'adresse de l'Archiviste de la Société disponible dans le Regnum corporatif du Pikestaff.

Le Sénéchal du Royaume et la Couronne peuvent choisir de recevoir des copies imprimées ou des copies électroniques des journaux électroniques. Maître Phillip the Facetious (seneschal@eastkingdom.org), Leurs Majestés (king@eastkingdom.org, queen@eastkingdom.org) et Leurs Altesses (prince@eastkingdom.org, princess@eastkingdom.org) ont demandé de recevoir des copies électroniques des journaux électroniques plutôt que des copies imprimées. Le Chroniqueur du Royaume ajustera cette politique pour chaque nouvelle Couronne et Sénéchal du Royaume et communiquera cette mise à jour dans le Pikestaff.

   4. Journaux électroniques vs imprimés : Les journaux locaux peuvent être produits sous forme imprimée ou électronique, ou les deux.

Certaines conditions s'appliquent aux journaux électroniques. Les chroniqueurs de journaux électroniques doivent quand même envoyer des copies imprimées tel qu'exigé dans la section Copies de Courtoisie ci-dessus. En plus de ces copies imprimées exigées, une copie papier doit être conservée dans les archives du groupe. Des copies papier doivent aussi être disponibles auprès du chroniqueur local sur demande. Les chroniqueurs qui ne produisent pas les copies papier exigées ne seront pas mandatés.

Les documents électroniques rendus disponibles au grand public librement, comme les pages web, ne sont pas considérés comme journaux. Pour compter comme journal électronique, la publication doit contenir uniquement du contenu statique et être publié sur une base régulière (envoyée à une liste de destinataires intéressés ou rendue disponible par le biais du site web du groupe).

Avant de publier les informations modernes d'un individu (incluant le nom légal, adresse du domicile ou du travail, numéro de téléphone, et l'adresse de courriel personnelle), les chroniqueurs de journaux électroniques doivent obtenir de l'individu la permission spécifique de publier cette information sous forme électronique. Cette permission doit être obtenue par écrit (un courriel est acceptable). Les chroniqueurs n'ont pas besoin de la permission pour publier le nom de la Société d'une personne, ses postes dans la Société, ou l'adresse courriel créée pour ce rôle (ex.: Lord Jonathan l'Officier, Sénéchal, senechal@groupe-sca.org).

De plus, en accord avec la Politique de la Société III.4.a. : "Si les frais d'abonnement sont demandés pour le journal du groupe local, il ne peut pas alors être fourni gratuitement sous forme électronique. Il est permis de demander un tarif différent pour les copies électroniques et imprimées du journal. Il est important, cependant, que la charge des dépenses du poste (copies pour rapport, équipement, etc.) soit répartie également entre les abonnés imprimés et électroniques, et les chroniqueurs locaux devraient examiner tous les coûts relatifs au poste afin de déterminer un prix juste à la fois pour les abonnements imprimés et électroniques. Si le journal local est fourni sans frais à tous les membres de la population qui demandent une copie, alors le journal peut être aussi fourni sous forme électronique aux membres de la population qui le désirent."

F. Contenu des journaux locaux

   1. Contenu exigé :

      a. Déclaration de propriété : La déclaration de propriété doit apparaître dans chaque numéro d'un journal local officiel. Voici une déclaration de propriété minimale acceptable tirée de la section concernant le journal local des Politiques du Chroniqueur de la Société :

"Ceci est l'édition de [mois, année] du [nom du journal], une publication de [nom du groupe] de la Society for Creative Anachronism, Inc. (SCA, Inc.). [Nom du journal] est disponible auprès de [nom moderne et adresse du chroniqueur]. Il ne s'agit pas d'une publicaton corporative de SCA, Inc., et ne détermine pas les politiques de SCA, Inc.. Droits d'auteur © 2011 Society for Creative Anachronism, Inc. Pour information sur la reproduction de photographies, articles ou oeuvres d'art de cette publication, veuillez contacter le chroniqueur, qui vous aidera à contacter le créateur original de l'article. Veuillez respecter les droits légaux de nos contributeurs."

Les chroniqueurs qui ne publient pas cette déclaration ne peuvent pas recueillir des fonds d'abonnement au nom de la SCA, ou être remboursés pour les dépenses du journal par la trésorerie de leur groupe local. Ils ne peuvent pas non plus citer la SCA ni aucun de ses groupes en tant qu'autorité de publication pour le journal. Les communications d'officiers ne seront pas reconnues comme étant officielles, provenant de telles publications.

      b. Liste des officiers locaux : Les journaux locaux devraient inclure le nom complet dans la Société et au moins une forme de contact pour chaque officier local. Les adresses civiques, adresses courriel et numéro de téléphone sont des formes acceptables de contact.

      c. Information d'abonnement : Les journaux locaux devraient indiquer la fréquence du journal; le coût, s'il y en a; une adresse civique, adresse de courriel ou numéro de téléphone à utiliser pour demander un abonnement; et la déclaration "Libeller le chèque à l'ordre de SCA, Inc. - [nom du groupe]" s'il y a des frais pour l'abonnement.

   2. Contenu suggéré :

      a. Announces d'événements locaux : Les journaux peuvent inclure de l'information sur les événements locaux et voisins, comme les pratiques de combat, pratiques de danse, assemblées régulières du groupe. Ceci sert à publiciser ces activités auprès de votre groupe local.

      b. Annonces d'autres activités locales : Les journaux peuvent informer au sujet d'activités qui sont pertinentes aux buts de la SCA, mais qui ne sont pas des événements chapeautés par la SCA, comme des expositions de musée, spectacles ou oeuvres médiévales, et démonstrations d'artisans. Elles devraient être clairement indiquées comme n'étant pas des activités chapeautées par la SCA.

      c. Procès-verbal des assemblées d'affaires locales : Les lecteurs peuvent apprécier un compte-rendu des assemblées auxquelles ils ne pouvaient pas assister en personne.

      d. Soumissions : Les journaux incluent souvent des articles et oeuvres d'art avec un thème médiéval ou SCA, soumis par des contributeurs locaux (ou plus éloignés). Voyez la section ci-dessous sur le matériel soumis aux droits d'auteur pour plus d'information.

   3. Ce que les journaux ne peuvent pas publier :

      a. Matériel protégé par droits d'auteur sans permission: Imprimer sans permission du matériel protégé par droits d'auteur pourrait résulter en de sérieuses accusations légales, à la fois contre le chroniqueur local fautif et la SCA elle-même. Les chroniqueurs qui impriment du matériel protégé par droits d'auteur sans la permission appropriée de l'auteur recevront un avertissement. Si cela se produit de nouveau, le mandat du chroniqueur sera suspendu et on demandera au groupe local de choisir un remplaçant.

Tiré des Politiques du Chroniqueur de la Société, II.10: "Une autorisation doit être reçue par écrit du détenteur des droits d'auteur avant la publication, et la note "Droits d'auteur © [date et détenteur]. Utilisé avec permission." doit accompagner le matériel protégé. Cette politique s'applique explicitement à tout article ou message originalement publié ou diffusé sur tout site web ou forum électronique. Afin de republier le message ou l'article sous tout autre forme, incluant un journal imprimé, une permission sous la forme d'une lettre de libération doit être obtenue de l'auteur. La ré-édition du matériel originalement sous forme imprimée est sujette aux Politiques de publication électroniques." (Voir E.4 dans ce document.)

"Détenteur" peut être le nom SCA du détenteur, tant que le nom légal de la personne apparaît sur les papiers du bureau qui libèrent le contenu pour publication.

Téléchargez la lettre de requête de permission suggérée des Politiques du Chroniqueur de la Société.
Téléchargez le formulaire de permission de publication.

      b. Matériel inapproprié: De la section II.13.a des Politiques du Chroniqueur de la Société: "Tout matériel éditorial, tant texte qu'images, doit se conformer aux buts et objectifs de la Société, et dépeindre la Société et le Royaume sous un jour positif. Aucun contenu, incluant les annonces officielles du Royaume, n'est exempt de cette exigence."

Bien qu'il ne soit pas possible d'anticiper tout ce qui peut être matière à objections, voici quelques exemples:

La section II.15 des Politiques du Chroniqueur de la Société déclare: "Les fonds qui sont perçus au nom de la SCA ne peuvent pas être utilisés pour publier des attaques personnelles d'un membre contre un autre. [...] Les chroniqueurs ont la responsabilité de voir à ce que leur journal ne favorise pas les objectifs politiques d'aucune faction dans un royaume, et que le journal ne soit pas utilisé pour fournir une plate-forme pour un point de vue plus qu'un autre. Les attaques personnelles ne peuvent pas être publiées au nom de la SCA ou d'aucune de ses branches, ni payée avec l'argent qui devra être déclaré à l'IRS comme étant dépensé pour l'avancement de nos objectifs éducatifs.

Les chroniqueurs ont la responsabilité additionnelle de ne pas prendre parti par écrit dans les disputes politiques. L'utilisation du journal pour faire avancer des objectifs politiques personnels est matière à suspension du poste."

En vertu des Politiques du Chroniqueur de la Société, Appendice I (III.C), les sanctions administratives ne peuvent pas être publiées dans les journaux des groupes. La cause de la sanction ne peut jamais être publiée dans aucune publication de groupe.

      c. Publicité: Les chroniqueurs de journaux locaux ne peuvent pas accepter de publicité payée d'aucune sorte. Les journaux locaux ne devraient pas diffuser d'annonces gratuituitement qui pourraient avoir l'air de publicités payées. À l'exception des frais reliés aux événements, tout ce qui mentionne le prix d'un item, service ou d'une performance est considéré comme publicité.

Les journaux peuvent publier des informations utiles qui n'incluent pas de prix. Par exemple, le Ministre des Arts et Sciences peut mentionner que quelqu'un apportera des ensembles de calligraphie pour débutants à vendre au prochain événement (sans mentionner de prix). Le Maréchal de ocmbat local peut mentionner que la quincaillerie locale fait une vente de "duct tape" (encore, sans mentionner de prix). Les journaux locaux ne peuvent pas diffuser des items qui ressemblent à des annonces classées, même si elles sont gratuites, pour fins de vente d'items personnels ou d'items de groupe, ou des services comme le gardiennage aux événements. Dans le doute, veuillez vérifier avec le Chroniqueur du Royaume au préalable.